h2 class="pane-title"> Lausanne-Cités en version PDF /h2>

Lausanne-Cités en version PDF

Veuillez cliquer sur le journal pour agrandir la page. Cliquez sur l’extérieur des pages pour les tourner. Bonne lecture !


Archives

h2 class="pane-title"> Articles /h2>

Vers une stratégie de l’usage et de la promotion

  • DR

    DR

Dans sa réponse au postulat de Mme Natacha Litzistorf et M. Valéry Beaud «L’eau à l’honneur dans la ville et ses espaces publics», la Municipalité annonce son intention de proposer, en 2018, une stratégie de l’usage de l’eau dans la ville. Cette approche permettra de prendre en considération l’eau en amont des diverses planifications urbaines, de cartographier les lieux potentiels pour évoquer l’eau dans les espaces publics ou encore de saisir les opportunités de chantiers pour promouvoir l’eau dans la ville.

h2 class="pane-title"> Articles /h2>

«Je n’aime pas apprendre, j’aime mieux savoir…» (Guy Bedos)

  • Alain Bouquet, Directeur général de l’enseignement obligatoire vaudois dr

    Alain Bouquet, Directeur général de l’enseignement obligatoire vaudois dr

Si le mois de juin rime avec clôture des bulletins, cahiers au feu et maîtresses au milieu, il est une volée, la onzième, pour qui il prend une saveur toute particulière, celle de la fin de l’école obligatoire! Réussir son «certif», ce n’est pas seulement obtenir le premier titre de sa jeune existence. C’est aussi une victoire sur soi-même, une sortie de la dépendance enfantine, une étape importante sur le chemin vers l’autonomie.

C’est en cela que la cérémonie des promotions prend tout son sens. Nul besoin de dire aux heureux lauréats de revêtir en cette occasion leurs plus beaux habits, car, d’eux-mêmes, ils s’en viennent sapés comme des princes! Ou de leur préciser ce que l’institution attend de leur comportement sur le podium: ils ont spontanément compris le caractère paradoxalement solennel et festif, sérieux et joyeux, formel et convivial, de ladite remise de titres. Au-delà de l’obtention du diplôme même, c’est la subite accession à un autre statut qui se joue alors sur scène, sous les feux de la rampe, face à ce public de parents et de pairs: «nous voici donc certifiés!». Belle est donc la légitime fierté qui brutalement les envahit, entre rougissements nerveux et pétillements dans les yeux lorsqu’ils brandissent au-dessus de leur tête l’étui contenant le précieux titre! Et si c’était autre chose qui subitement éclatait au grand jour: la fin d’un premier monde entre l’enfance et l’âge adulte, dans l’affirmation alors visible de la singularité de l’individu parmi ses camarades de classe? Cette transition vers un ailleurs, incertain et prometteur, appartient clairement par son caractère symbolique à l’univers des rites de passage, et c’est ce qui indiscutablement fait la profondeur et la noblesse de la cérémonie des promotions…

A tous les certifiés de la présente volée, j’adresse mes vives félicitations. Que l’été leur soit agréable!

h2 class="pane-title"> Articles /h2>

Souviens-toi... des métiers d’avant

COMPTOIR 2015 • Cette année, le Comptoir régional d’Echallens accueille l’association «Jorat souviens-toi» en tant qu’invité d’honneur. Un coup de projecteur bienvenu pour cette association originale qui vise la sauvegarde des métiers d’antan.

  •  Pascal Desmeules, caissier de l’association, et Claude-Yvan Jordan, président.

    Pascal Desmeules, caissier de l’association, et Claude-Yvan Jordan, président.

  •  Pascal Desmeules, caissier de l’association, et Claude-Yvan Jordan, président.

    Pascal Desmeules, caissier de l’association, et Claude-Yvan Jordan, président.

  •  «Jorat souviens-toi» . DR

    «Jorat souviens-toi». DR

  •  «Jorat souviens-toi». DR

    «Jorat souviens-toi». DR

Jorat, souviens-toi... Telle une injonction, le nom de cette association créée en 1983 appelle à se souvenir. Se souvenir de quoi? Des métiers d’antan, de leurs pratiques et leurs outils, aujourd’hui disparus ou modernisés. Le tout dans une ferme située à Mézières (VD), la Ferme des Troncs, que l’association a aquis il y a presque 20 ans, en 1996.

Une invitation à se souvenir donc, mais aussi à conserver traditions et témoignages du passé. Ainsi, de nombreuses personnes ont donné ou prêté leurs vieilles machines, leurs outils démodés, ou leurs meubles devenus inutilisés ; tables, chaises, lits et berceaux... «Nous recevons énormément de matériel... Pour l’instant nous utilisons l’écurie pour stocker ce que nous n’avons pas encore trié», explique le président de l’association, Claude-Yvan Jordan.

Reconstitution du passé

Ces «cadeaux» ont notamment permis de reconstituer une ancienne maison dans la ferme. Dans cette partie, à part l’installation de l’arrivée d’eau, les boiseries, plafonds et sols sont d’origine. Il y règne une ambiance et une odeur de passé. D’autres pièces témoignent de cette vie passée. L’atelier, donc le nom d’origine est «la boutique», lieu dans lequel sont fabriqués les outils nécessaires à toutes sortes de métiers: bois, agriculture, tissage... Mais aussi la forge, qui comme son nom l’indique est le lieu approprié du forgeron, ainsi que le fournil, contenant un four à bois et tous les ustensiles nécessaires à la création de pâtisseries.

Ecole, bistrot et transports

Depuis cet automne, les membres du comité de l’association ont dégagé un espace pour exposer d’autres pièces. Des coins école et bistrot d’époque ont été aménagés. Au mur, des fourches, herses, râteaux, faucilles… Et une nouvelle partie dont le président ne se montre pas peu fier ; l’espace réservé aux «transports d’antan». On y trouve une diligence, une chaise roulante, un vélo, une luge...

Coup de projecteur

Avoir été mandaté comme invité d’honneur du Comptoir Régional d’Echallens n’est pas une petite affaire. Avec un espace de 54m2 à disposition, l’association va déplacer pas mal de matériel sous le chapiteau du comptoir. «Animer notre stand demande beaucoup de travail et la participation de beaucoup de bénévoles. Mais c’est très positif car les gens autour d’Echallens et plus loin ne nous connaissent pas beaucoup», explique Claude-Yvan Jordan.

Lors du Comptoir, l’association déplacera sa célèbre machine à bricelets. «Ce n’est pas le plus représentatif de notre activité mais elle attire beaucoup de gens. Et le but c’est que le stand soit vivant», remarque Pascal Desmeules, le caissier de l’association. Sculpture sur bois, fabrication de fromage ou de paniers, tissage ou filage feront également partie des animations présentes au stand de l’invité d’honneur.

Four à pain en attente

Depuis cinq ans, l’association souhaite construire un grand four à pain sur une place déjà réservée à cet effet. Tous les plans sont prêts, mais l’autorisation cantonale coince. «L’Etat de Vaud n’est pas d’accord car nous sommes en zone agricole. Tant que le plan général d’affectation de la commune de Mézière ne sera pas déposé et approuvé, nous ne pourrons rien faire», commente Claude-Yvan Jordan.

Une exposition et une fête chaque année

Chaque année, Jorat souviens-toi organise une grande fête, le temps d’un week-end, sur le thème de l’exposition annuelle, avec marché le samedi. Cette année, l’exposition est consacrée à la dentelle.

Le reste de l’année, l’association – qui a son siège à Ropraz - se déplace dans le canton lors d’événements ponctuels. Elle loue sa salle principale à des particuliers et accueille environ 80 visites de sa « ferme-musée » par an.

L’association compte environ 480 membres. «Mais nous avons de la peine à intéresser les jeunes. Les petits à l’école apprécient de découvrir cet univers pendant une journée mais après cela ne les intéresse plus avant 40 ans», regrette le président.

h2 class="pane-title"> Articles /h2>

Logements vacants: deuxième année de hausse consécutive

IMMOBILIER • Au 1er juin 2017, 3650 logements sont annoncés vacants dans le canton, dont 995 disponibles uniquement à la vente. L'offre, encore faible, augmente par rapport à l'année dernière. Cela fait monter le taux global de vacance de 0,8 % à 0,9 % sur l'ensemble du parc de logements vaudois.

  • L'offre des logements locatifs sur le marché est à la hausse pour la deuxième année consécutive sur le canton. GETTY IMAGES / PIOVESEMPRE

    L'offre des logements locatifs sur le marché est à la hausse pour la deuxième année consécutive sur le canton. GETTY IMAGES / PIOVESEMPRE

L'enquête annuelle effectuée auprès des communes vaudoises recense 470 logements vacants supplémentaires par rapport à l'année dernière. Au nombre de 3650 au 1er juin 2017, les logements disponibles se partagent entre 995 objets destinés exclusivement à la vente et 2655 offerts à la location ou sur les deux marchés. Les logements disponibles à la vente diminuent (-85 unités) alors que ceux offerts à la location augmentent (+555 unités).
Le taux global de vacance progresse à 0,9 % au 1er juin 2017. Il augmente pour la deuxième année consécutive (0,7 % en 2015 et 0,8 % en 2016), ce qui ne s'était pas observé depuis 1997. Ce taux (encore provisoire) mesure le rapport mathématique entre l'effectif des logements offerts à la vente ou à la location et l'ensemble du parc de logements. Malgré sa hausse, le taux de vacance fait toujours état d'une pénurie de logements dans le canton. Il est d'usage de considérer le marché comme équilibré lorsqu'il affiche un taux de vacance de 1,5 %, ce qui n'est plus le cas depuis 1999.

Détente ciblée
La détente concerne principalement les logements de une à trois pièces. Le taux de vacance pour les logements de quatre et cinq pièces (0,9 %) n'évolue pas par rapport à l'année précédente. Les logements disponibles de six pièces et plus baissent légèrement (-30 unités). Le taux de vacance augmente légèrement pour sept des dix districts. Le taux de vacance stagne à 0,4 % dans le district de Lausanne et baisse légèrement dans les districts de Broye-Vully (de 1,5 % en 2016 à 1,3 %) et Riviera-Pays-d'Enhaut (de 1,0 % en 2016 à 0,9 %).

Locatif VS commercial
Le taux de vacance spécifique au marché locatif augmente à 1,2 %. C'est à ce taux que fait référence la loi du 7 mars 1993 sur l'utilisation d'une formule officielle au changement de locataire qui rend obligatoire l'usage de ce formulaire lorsque le taux de vacance est inférieur à 1,5 % du parc locatif. Cette formule renseigne sur le loyer payé précédemment et les raisons d'une hausse éventuelle.
L'enquête cantonale sur les locaux industriels et commerciaux vacants, effectuée conjointement à celle sur les logements vacants, chiffre à 186 700 m2 les surfaces industrielles et commerciales vacantes disponibles dans le canton, contre 184 000 m2 en 2016.


Les effectifs régionaux des logements et locaux vacants sont dès à présent disponibles sur le site Statistique Vaud www.stat.vd.ch. Les résultats définitifs concernant les taux de vacance ne seront disponibles qu'à l'automne.