Forfaits fiscaux: un riche de perdu, un riche de retrouvé!

  • Céline Misiego, secrétaire cantonale POP Vaudois.

    Céline Misiego, secrétaire cantonale POP Vaudois.

154 millions! Voilà ce que nous annonce comme perte Monsieur Broulis. Mais notre Conseiller d’État part du principe que tous les forfaitaires quitteront notre pays en cas d’acceptation.

Quelle tristesse de voir qu’un Conseiller d’État, sensé promouvoir sa région, pense que son pays n’a rien d’autre à offrir que des avantages fiscaux! Un tout récent sondage fait auprès des expatriés du monde entier voit la Suisse se placer numéro un des pays où il fait le mieux vivre.

Plusieurs raisons sont avancées comme la tranquillité, la sécurité, la qualité des infrastructures... Monsieur Broulis devrait être plus attentif aux qualités de notre pays au lieu de se borner à offrir des exonérations fiscales à tout va! Ainsi se rendrait-il compte que notre pays est très prisé parmi la classe la plus riche. Lorsqu’un forfaitaire part, un autre contribuable prend immédiatement sa place, mais surtout celui-là paye ses impôts de façon équitable sur l’ensemble de sa fortune et de ses revenus comme chaque citoyen suisse.

Ce fut le cas partout où ce mode d’imposition inégal a été supprimé. L’exemple du canton de Zurich, qui a vu ses recettes fiscales augmenter grâce aux forfaitaires qui sont restés et aux nouveaux riches qui sont venus s’installer dans ces belles villas laissées vacantes, est fort parlant. Le long du lac de Zurich, ces forfaitaires n’étaient d’ailleurs pas les bienvenus car, pour peu d’argent, ils auraient occupé des sites très convoités, et ainsi empêché la venue de bons contribuables, selon l’avis général.

Surtout qu’il ne faut pas s’inquiéter, les riches sont en constante augmentation, comme l’indique une étude de Crédit Suisse et la Suisse restera toujours une de leur destination préférée, forfait ou pas!