L'Arménie, sur le chemin de Dieu

La religion chrétienne est le fil rouge du périple. Elle est à l’origine de nombreux monuments, qui ont gardé tout leur éclat dans une nature sauvage et montagneuse.

  • Le mythique monastère de Khor Virap sous la protection du mont Ararat, sur le haut-plateau arménien, mais situé en Turquie.

    Le mythique monastère de Khor Virap sous la protection du mont Ararat, sur le haut-plateau arménien, mais situé en Turquie.

  • Le site de Tatev s’offre aux courageux après un trajet sur le plus long téléphérique du monde (près de 6 km l’aller simple!).

    Le site de Tatev s’offre aux courageux après un trajet sur le plus long téléphérique du monde (près de 6 km l’aller simple!).

La naissance de l’Arménie remonte à la nuit des temps. Les premiers vestiges archéologiques mentionnant son nom datent en effet du VIe siècle avant Jésus-Christ. A partir de l’Antiquité, la Grande Arménie, telle qu’elle s’appelait, joua un rôle majeur sur la carte du monde. Elle constitua l’un des plus grands empires de l’histoire, d’une durée de mille ans environ, étendant son emprise de Constantinople au Caire en passant par Bagdad. Il fut le premier à adopter le christianisme (en 301 après J.-C.). Rome suivit un demi-siècle plus tard sous le règne de l’empereur Constantin.

Les monastères, ces phares culturels

A l’époque, les monastères arméniens agissaient tels de véritables phares, projetant loin à la ronde le lustre patrimonial de la contrée. De nos jours, ils brillent toujours de mille feux et font le bonheur des visiteurs. A l’image de Khor Virap, qui émerge entre les vignes, au sud-est de la capitale, Erevan. C’est ici qu’aurait été longuement cloisonné Grégoire Ier l’Illuminateur, évangélisateur de l’Arménie. A l’orée du IVe siècle, il serait parvenu à guérir miraculeusement le roi Tiridate IV. Reconnaissant, le souverain imposa la religion du Christ dans la foulée.

En arrière-plan, l’on distingue le mont Ararat (5135 m), cependant situé sur territoire turc. Il couverait les restes de l’Arche de Noé…

Ce massif volcanique aux neiges éternelles présente une double facette: luxuriante et rocheuse.

Ferveur populaire

Au nord d’Erevan, Ghéghard et ses chapelles taillées dans le roc sont demeurés intacts. La foule est compacte en fin de semaine, mais c’est l’occasion d’assister à la ferveur des fidèles et, avec un brin de chance, à un baptême. Du lieu saint, un sentier conduit dans les gorges d’Azat avant de bifurquer vers une promenade longeant une rivière avec vue sur d’intrigantes orgues basaltiques.

A proximité et en rase campagne, c’est un peu de Grèce antique qui apparaît grâce au temple de Garni et à ses 24 colonnes ioniques. L’unique gardien du passé païen de l’Arménie.

Au sud, caché dans le village de Halidzor, Tatev s’offre au public après un trajet à bord du téléphérique le plus long de la planète (près de 6 km). De son éperon à 1500 m, ce centre intellectuel reconnu accueillait 1000 moines au Moyen Age.