A éviter cette semaine au ciné et à la TV: "Mon bébé" et "Le Septième fils"!

Rien de pire qu'une comédie française qui ronronne et une purée en sachet qui veut se la jouer authentique...

Mon bébé

Dans cet entresoi petit bourgois très confortable où la comédie française ronronne paresseusement depuis de longues années, Lisa Azuelos, championne toutes catégories du film «Pot de Nutella» (trop sucré, trop lourd, trop chargé, plein de choses pas bonnes, mais parfois ça fait du bien) se complaît bien, et signe une nouvelle comédie si balisée qu’on se demande si tout ça n’a pas finalement été écrit par une agence de pub plutôt que par un vrai scénariste. La cible est clairement affichée: la mère divorcée quarantenaire qui a du mal à refaire sa vie et qui voit en plus sa plus jeune fille quitter le nid, se demandant désespérément ce qu’il adviendra d’elle après. Le syndrôme de la femme-kleenex que ses mecs et ses enfants jettent quand ils n’en ont plus besoin est ici poussé à un paroxysme volontaire qui en rajoute un max côté mélo, saupoudré d’un peu d’humour sage. Heureusement, Sandrine Kiberlain tire son épingle du jeu, et arrive, comme toujours, à installer son personnage. Mais entre l’excès de mélo et l’excès de clichés, il ne manque plus que l’huile de palme pour une indigestion totale.

Le Septième fils, mardi 26 mars à 21h sur France 4

Adapté d’une énième série de roman d’héroic fantasy à succès, «Le Septième Fils» est un peu le fond de panier du genre: c’est pas du Tolkien, c’est pas du Georges R.R. Martin, ça y ressemble fort, mais en beaucoup moins bien, et ce malgré un casting alléchant (Jeff Bridges, Alicia Vikander, Julianne Moore). C’est un peu comme la différence entre une vraie purée de pomme de terre du marché et une purée en sachet: «Le Septième Fils», c’est de la fantasy lyophilisée. Victime de sa réalisation paresseuse et de sa direction artistique douteuse surchargée en effets numériques pas tous du meilleur goût, le film est tout à la fois ennuyeux et hystérique, un tour de force stylistique qui frôle l’oxymore. On ne se trompe pas deux fois: les prochains épisodes de la saga annoncée ne verront finalement jamais le jour.