A éviter cette semaine au cinéma et à la télé: Premières vacances et Ange & Gabrielle

Des analyses low-cost sur le couple, des poncifs, une comédie romantique indigeste... notre chroniqueur Thomas Lécuyer vous dit tout ce qu'il faut éviter cette semaine au ciné et à la TV...

Premières vacances

Un couple qui vient de se rencontrer sur Tinder décide de partir en vacances ensemble en Bulgarie. Même si les deux acteurs principaux sont indubitablement attachants, Jonathan Cohen et son inimitable bagou à ma droite, Camille Chamoux tout en décalage charmant à ma gauche, ces «Premières Vacances» ne méritent que peu d’avis positifs et n’offre aucun goût de « reviens-y ». Si on rit parfois grâce au talent des comédiens, ce dernier n’est hélas que peu valorisé par des dialogues qui volent bas, souvent à base de pipi-caca, si bien qu’ils semblent avoir été écrits par mon fils de quatre ans et ses copains lors d’un atelier créatif à la crèche. Les analyses low-cost sur le couple, ses poncifs et ses travers n’arrangent pas vraiment les choses, tout comme les gags ultra-stéréotypés sur les bobos parisiens. Quant aux clichés assumés sur les Bulgares, filous, voleurs, vulgaires et pas très propres, ils ne font que renforcer le sentiment d’être en face d’une comédie pataude, ethnocentrée et basse du front.

Ange & Gabrielle

Anne Giafferi signe une comédie romantique (une romcom comme on dit aux States) indigeste qui évite le naufrage total grâce à son casting qui rend l’expérience un peu plus supportable. Le couple formé par Patrick Bruel et Isabelle Carré est en effet la seule chose à sauver de cette romance téléguidée, lourdement mise en scène et tellement guimauve qu’on frise l’overdose d’ultras bons sentiments. Les seuls moments drôles sont des «déjà-vus», notamment dans le cultissime «Trois hommes et un couffin», dont le film s’inspire parfois un peu (trop). N’est pas Coline Serreau qui veut, en fait.