Editorial : d’un monopole à l’autre...

Contestataires et insatisfaits, ils râlent, ils pleurnichent, ils protestent, ils crient toujours misère et menacent de casser la baraque. Mais leur profession - après tant d’autres - est en passe de devenir emblématique des dégâts conjugués de la libéralisation et de l’effet des nouvelles technologies. Premier visage d’une ville aux yeux de ceux qui y débarquent, les chauffeurs de taxi sont malmenés par la future loi cantonale sur les taxis et l’arrivée de Uber qui ouvrent leur profession à la concurrence.